Offre Promotionnelle

¡¡ Au cours de cet été

tout le contenu GRATUIT !!



L'ancien hôpital des Cinq Plaies ou le Sang est situé à l'extérieur des murs de la ville, dans le Grand Nord, devant la porte et les murs de la Macarena. Il fait partie d'un grand bloc flanqué par les rues Don Fabrique, San Juan de Ribera et la rue du Parlement en face, ce dernier anciennement appelé Andueza.

L'Hôpital des Cinq Plaies ou du Sang a été fondé par Mme Catalina de Ribera. Son premier établissement ont été ses propres maisons situées dans la rue Santiago, en obtenant pour cela, du pape Alexandre I SAW, Bula daté du 13 mai 1500. Ce sera le premier marquis de Tarifa, qui donne l'impulsion définitive à la fondation hospitalière. Après sa mort, survenue en 1539, il ordonna qu'un nouvel hôpital soit pratiqué avec plus d'excellence. Plus précisément, c'est dans le quartier de La Macarena que commença la construction de ce qui devait être l'un des bâtiments les plus significatifs de l'architecture espagnole du XVIe siècle. L'hôpital était dédié à la guérison des femmes, s'appelant les Cinq Blessures.

Pour choisir la trace à suivre dans le nouveau bâtiment, les patrons ont envoyé l'architecte de l'Église et l'évêché de Cadix, Francisco Rodríguez Cumplido, à Tolède, Santiago et Lisbonne, afin d'étudier et de copier les plantes de leurs hôpitaux. En même temps que le maître présentait ses créations, les architectes Luis de Villafranca, Luis de Vega et Martín de Gaínza l'ont fait. Pas assez satisfaits des projets présentés, ils ont également appelé d'autres professeurs illustres tels que Pedro Machuca, Hernán Ruiz el Jeune et Gaspar de Vega, ainsi que Diego Hernández, Benito de Mora et Juan Sánchez de Séville.

Ce fut certainement Gaínza qui a gagné le concours. Les fossés ont commencé à être ouverts le 25 mars 1546 et la première pierre a été posée le 12 mai. Sous la direction de Martín de Gainza, auteur du projet, les façades sud et ouest ont été réalisées, ces dernières jusqu'à la hauteur des corniches, avec quelques nefs et cours situées derrière elles, la tour sud-ouest et le début de la tour nord-ouest. Ces travaux ont été effectués entre 1545 et 1556.

Le 17 juin 1558, Hernán Ruiz el Jeune fut nommé maître, qui restera en charge des travaux jusqu'en 1569. Il est alors chargé de compléter l'aile ouest de l'hôpital, notamment en ce qui concerne les toits, ainsi que le point culminant de la tour nord-ouest. Mais, sans aucun doute, son travail le plus significatif sera la disposition et l'exécution de l'église, conçue en 1558, en raison de lui son disposition exempte.

Entre 1569 et 1584, était le frère de Hernán Ruiz, Francisco Sánchez, le directeur de l'œuvre, attribuant les secteurs les plus septentrionaux du bâtiment.

En 1590, plusieurs architectes devaient discuter de la manière la plus commode de couvrir l'église, un problème qui a été résolu en entreprenant leur travail, bien que le système voûté ait été adopté au détriment du plafond à caissons conçu à l'origine. Entre 1615 et 1617, la construction de la couverture principale du bâtiment a été entreprise, avec les traces données par Miguel de Zumárraga, ainsi que les chambres mansardées et les dépendances de la façade principale.

Déjà au XIXe siècle, plus précisément en 1808, l'hôpital était occupé par l'armée. En 1837, après la centralisation des hôpitaux, il sert d'entrepôt pour les œuvres d'art qui réunissent le Municipal Charity Board, créé par R.O. du 13 octobre 1836.

À partir de Mars 1972, la propriété dépendait de l'Diputación Provincial de Sevilla, à partir d'Octobre 1982, le fichier de transfert gratuit à la Junta de Andalucía. Actuellement, la partie du bâtiment réhabilité est le siège du Parlement d'Andalousie.

Style: L'Hôpital des Cinq Plaies répond à l'origine au style Renaissance. En plante, suit la disposition des centres hospitaliers du moment, bien que maintient une relation étroite et dépendance par rapport au Grand Hôpital de Milan. Mais peut-être c'est l'église, considérée comme l'un des chefs-d'œuvre du maniérisme espagnol, la structure qui offre la plus grande innovation dans le bâtiment. Sa particularité réside dans la localisation de l'architecte exonéré du reste du bâtiment.

Nous sommes confrontés à l'un des plus grands hôpitaux construits au XVIe siècle en Europe. Il est un bâtiment qui en suivant les caractéristiques de la Renaissance tend à former horizontalité, à l'origine un carré avec une parfaite symétrie et subdivisions internes autour de cours, laissant l'église dans la cour centrale.

Le projet original de l'hôpital proposait la construction de quatre façades et de leurs tours respectives dans les angles. Cependant, le bâtiment ne pouvait pas être terminé et seules les façades ouest et midi étaient terminées, et les tours du nord-ouest et du sud-ouest étaient terminées. Récemment, la tour sud-est et une partie de la façade est ont été achevées, en plus des deux fontaines en marbre qui étaient auparavant situées dans les cours intérieures.

Le bâtiment a deux étages, les façades sont articulées par des pilastres et des colonnes. Au rez-de-chaussée, sur une plinthe, se dressent des pilastres toscans boîtés, entre lesquels s'ouvrent de petites fenêtres surmontées de frontons triangulaires. Dans le coin supérieur corps colonnes ioniques, y compris très intéressants balcons émergents flanquées ioniques balustres, ont achevé en frontons triangulaires couronnées de acrotères apparaissent. Ces balcons peuvent être considérés comme des fenêtres puisque le niveau du sol à l'intérieur, est plus bas, et ne correspond pas à celui de l'extérieur. Les différents modules débouchent dans les graines oléagineuses et le capot principal avec deux lucarnes linteau vain patte ouverte, flanquée par des pilastres à conclure entre crochets et une fronton contenant à l'intérieur une autre ligne droite, les deux étant interrompues par une sorte de crochets.

À l'extérieur, le bâtiment a une seule porte qui s'ouvre sur la façade sud qui donne sur l'ancienne rue Andueza, aujourd'hui le Parlement. Construit en marbre blanc, il offre deux corps en hauteur. Le premier est structuré autour d'un linteau vain, flanqué de colonnes toscanes jumelées à un arbre rainuré, qui supportent des piédestaux. Parmi les comprendre un créneau et sur le linteau une pierre tombale avec une inscription en latin qui traduit dit « Doña Catalina de Ribera, et Don Fadrique Henriquez de Ribera, Marques de Tarifa, Adelantado de l'Andalousie, avec pas moins de miséricorde du goût envoyé à hôpital pour guérir ce vaste pauvre, a appelé les Cinq Plaies, et les Patrons Révérends et directeurs de sa succession, pour la mémoire plus parfaite de ces grands princes, a fait cette porte dans l'année de 1617 ». Sur une corniche, on monte le deuxième corps, qui a une balustrade de balcon avec linteau vain entre colonnes ioniques, flanqué de pilastres réussit à crochets et deux coques latérales. Il sert comme vente aux enchères un fronton, dans le centre duquel présente des volutes et les armoiries de la maison des fondateurs entre anges tenantes. La couverture se termine par une croix de serrurier.

Quant aux tours, celle de l'angle Sud-Ouest offre trois corps en hauteur. Similaire deux premiers le reste de la façade, présentant un geminade vain le dernier demi-point, où des motifs ornementaux d'affiliation de serliana, flanquée de balustres et surmonté par la flèche pyramidale avec des tuiles polychromes appliquées récemment rénové apprécié. Dans la tour nord-ouest, la compartimentation est la même avec des registres carrés et rectangulaires des deux côtés du balcon. Ici, la flèche présente encore les carreaux polychromes originaux. Dans les deux tours apparaît une balustrade en haut-relief, ce qui semble montrer que l'hôpital avait à l'origine cet élément sur leurs façades. Dans la restauration réalisée en 1991, cette balustrade a été incorporée à nouveau.

L'hôpital a été conçu comme un grand rectangle avec quatre tours carrées aux angles, différents dans le jeu deux parties essentielles: la façade de la baie avec ses cours d'annexes et chambres des patients à traverser déterminé la présence de six cours, l'un des qui, en liaison avec la cour ouverte derrière la galerie d'accès, comprenait l'église. À l'heure actuelle, les chambres des patients restent, rectangulaires et très allongés, et les patios suivants. Attaché à la baie avant sont situés dans le côté ouest, deux patios, une forme rectangulaire et trois galeries (patio A) et un deuxième carré (patio B). Dans l'aile est, il y a deux autres patios, un carré avec une fontaine au centre (patio C) et un autre avec une disposition rectangulaire et seulement trois galeries (patio D). Ces espaces ouverts ont comme éléments de soutien, des colonnes de marbre portugais qui soutiennent des galeries d'arcs en plein cintre, au rez-de-chaussée, et encastrées à l'étage supérieur. Les arches sont encadrées par des alfices. Les toits sont de simples poutres en brique par panneau.

Après l'galerie à l'hôpital, un espace en incorporant l'arcades église adopte une plante irrégulière dans laquelle deux rectangles (patio E) sont juxtaposés ouvre. Dans celui-ci, les galeries sont des arcs semi-circulaires sur des colonnes toscanes appariées qui soutiennent des corbeaux avec des éléments figuratifs à leurs angles. Les arches sont encadrées par des alfices. Ce même type de support est répété à l'étage supérieur, comme l'accès aux pièces principales du bâtiment, avec les arcs étant réduits. Les toits de ces galeries sont des poutres avec de la brique à bord. Comme l'accès au deuxième étage, est situé sur le côté ouest de ce patio, l'escalier, qui est recouvert d'un alfarje en bois octogonal.

A gauche et à droite de l'église, il y a deux patios (cours F et G) avec une disposition carrée, bien que le second n'ait que deux galeries. Le patio occidental est accessible par une porte en briques, avec un espace réduit, sur lequel apparaît un crucifix et les boucliers des fondateurs du bâtiment.

Dans le coin nord-ouest du bâtiment il y a un autre patio carré (patio H) et après l'église, une fois passé l'espace des dépendances de la bibliothèque, se trouve la dernière cour rectangulaire (patio I). Ces patios ont des piliers de briques comme supports, sur lesquels ils retournent des arcs semi-circulaires, à l'étage et en bas. Ses toits, comme le reste des cours, sont de simples poutres en brique par planche.

Autour des différents patios du bâtiment les différentes dépendances sont distribuées. Ceux qui correspondent aux baies de la façade, aussi bien dans les étages supérieurs que dans les étages inférieurs, ont des planchers carrés et rectangulaires, ayant été prévus pour les bureaux administratifs et les sièges des différents partis politiques, dépourvus de ces espaces d'intérêt artistique. En ce qui concerne les quartiers, ils conservent leur disposition originale, sous la forme de grandes nefs allongées et rectangulaires, avec des poutres en brique par panneau, qui, aux intersections, déterminent deux espaces carrés. Actuellement, il est utilisé comme une bibliothèque et avec lui sont situés les bureaux administratifs du service de bibliothèque qui propose comme couverture de voûte en berceau avec lunettes.

Au carrefour des anciennes salles de patients, il y a deux dômes intéressants, plâtrerie l'est avec du carton plat ou coupe géométrique et occidentale sur les arcs segmentaires, pierres apparentes et des cercles concentriques. Sur ces navires sont situés trois quenouilles. Calderon Quijano analyse sur le navire est, il appelle Hope Clinic, qui a un arc en plein cintre surmontée d'fronton ondulé, au centre duquel un cercle apparaît, culminant dans une palette et croix en fer forgé. Il conserve quatre mechinales qui induisent à penser à l'existence possible d'un treillis. Similaire à ce scirpe est celui du navire occidental, bien qu'il ne finisse pas en croix et girouette. Il y en a un autre qui donne la cour F, que l'auteur précité appelle la Cour du Cardinal. Il est d'un seul corps et offre une triple arcade de travées demi-point. Au-dessus, un fronton incurvé ondulé, brisé au centre, d'où un pignon avec la date apparaît dans un cercle de "1912", probablement celui d'une de ses restaurations.

Comme déjà indiqué, dans la cour située derrière la galerie d'accès à l'hôpital, se trouve l'église, qui rompt avec la tradition constructive de l'hôpital, lorsqu'elle est exemptée du reste du bâtiment. Son usine est de croix latine, avec un seul navire de deux sections et de petites chapelles latérales rectangulaires. Le transept a des bras sous-développés, la chapelle principale étant semi-circulaire. La sacristie située derrière l'autel principal a un plan rectangulaire. Entre l'église et la sacristie, se trouve un escalier en colimaçon qui sert d'accès au toit du bâtiment et communique avec la crypte. En ce qui concerne les supports du temple, en dehors de ses propres murs, il est important de signaler les chapiteaux-cintres, sur lesquels se dressent de fortes colonnes ioniques attachées à soutenir les arches guirlandes et les anciens qui tiennent les différentes voûtes. Quant aux couvertures intérieures, elle a des voûtes dans la nef et le transept, et une voûte de four ou un quart de sphère dans le presbytère. La sacristie, d'autre part, offre des voûtes de bord, avec des casetons et des raisons géométriques.

L'église a trois couvertures: la principale et deux latérales, du côté de l'Évangile et de l'Épître, respectivement. Le portail principal, situé au pied de l'église, est conçu comme un arc de triomphe, avec deux corps et un fronton triangulaire en guise de touche finale. Le bas du corps est dorique, présentant une arche semi-circulaire avec un corbeau dans la clé, flanquée de doubles colonnes doriques qui s'élèvent au-dessus du podium et soutiennent un entablement avec des triglyphes. Dans les écoinçons et la clé de l'arc, trois reliefs sont placés avec la représentation des vertus théologales: Foi, Espérance et Charité, faite en 1564 par Juan Bautista Vázquez el Vieux. Le second corps, offre hornacinas entre paires de colonnes ioniques encadrant un arc en plein cintre avec des crochets dans la clé sur laquelle les boucliers des employeurs et l'inscription se référant à saint Thomas et le titre de l'hôpital se trouvent: « QVIA VIDISTI ME THOMA / CRÉDIDISTI BEATI QVI NON / VIDERUNT ET CREDIDERVNT ". Dans les allèges l'inscription "YEAR 1567" peut être lue. Un entablement en forme de dôme de la filiation serliana cède la place à un fronton triangulaire qui aboutit à des acrotères en forme de voûte. Il se distingue dans la couverture, la conception soignée, ainsi que l'ornementation géométrique des intercolumns et des jambages.

Les couvercles latéraux, ouverts sur la croisière, offrent un schéma similaire à celui du principal, bien que son design soit plus simple. Ils présentent des arcs de demi-point avec corbeau dans la clé, flanqués de colonnes ioniques sur des piédestaux, avec niche centrale entre les registres ovales. Sur l'arche d'entrée, ils présentent une frise décorative avec des vases sur les colonnes et une hornenerina avenerada comme touche finale.

En ce qui concerne les façades de temple de l'hôpital sans dire que l'avant du pied sur les côtés du couvercle, deux modules saillies articulées par des pilastres doriques, ioniques et corinties, y compris plusieurs fenêtres et des paupières ouvertes, fournissant le les derniers oreillers en pierre de taille, et sur la couverture une fenêtre d'illumination à l'église. Les façades latérales offrent la même articulation, se terminant par des fenêtres thermales palladiennes. La façade de la tête de lit se termine par un beffroi en pierre, avec une arche en demi-point, des pilastres attachés aux jambages et un fronton droit en guise de touche finale. À l'intérieur il y a une cloche avec l'inscription, pas complètement lisible: "SOLANO ME FECIT ANNE 1714". Haut de la façade de l'église en forme de pyramides surmontées de balles.

En ce qui concerne les ponts extérieurs, tous sont des tuiles à pignon, à l'exception de l'église qui est terrasse.

Le bâtiment a un atrium rectangulaire, qui est développé en face de la façade principale, sur son périmètre et délimité par des barres de fer et des piliers, dans lequel deux fontaines de marbre sont situées entre les zones paysagées.

Fuente: bdi del Patrimonio Inmueble de Andalucía (Junta de Andalucía)