La Cour territoriale occupe l'un des grands côtés de la Plaza de San Francisco et est, en même temps que la ville, tout ce qui reste de l'ensemble urbain historique. Il a été construit dans la cour de style maniériste à côté de la Maison Halle est l'une des plus belles et les plus grandes proportions de Séville Renaissance bâtiments séculaires.
Traditionnellement, il a été affirmé que la construction du bâtiment de l'audience royale faisait partie du nouveau processus de formalisation de la Plaza de San Francisco au XVIe siècle, initiée avec la construction de la nouvelle mairie conçue par Diego de Riaño en 1526. Ce bâtiment a été l'un des derniers à subir sa transformation en langage de la Renaissance, une transformation qui a commencé, comme la ancienne Haute Cour de Grenade, de l'intérieur vers la fin du 16ème siècle.
La rénovation de la façade du bâtiment médiéval n'a pas commencé avant 1605, lorsqu'il est démoli, la Ville a proposé de remettre le bâtiment pour améliorer la régularisation de la place. Un manque d'auteur de la documentation des travaux de la cour et la façade ont été attribués à différents architectes, principalement Hernán Ruiz, soustraction Vermondo et Alonso de Vandelvira.
La vieille Haute Cour, le public actuel, est l'un des bâtiments de l'administration publique la plus belle du XVIe siècle conservés dans la ville de Séville. Commandé pour construire par Felipe II entre 1595 et 1597, il a été terminé en 1606.
Le bâtiment a subi plusieurs transformations aux XVIIIe et XIXe siècles. Pendant le dix-neuvième siècle plusieurs travaux ont été faits qui changeaient l'aspect de la façade. À partir de 1818, le portail principal et le balcon ont été déplacés vers le centre du bâtiment. En 1842, la façade a été terminée avec une horloge et une sculpture de San Saturn. Par la suite, en 1861, la tour fut supprimée avant la menace de ruine. La dernière réforme a été réalisée entre 1918 et 1923, à la suite du projet de Aníbal González. De ces réformes, le bâtiment a pris une apparence similaire à l'Université d'Alcalá de Henares. Enfin, le bâtiment a été soumis en 1970 à une série projetée par les réformes Rafael Manzano Martos afin de l'adapter au siège de la Caja de Ahorros de San Fernando.
Quadrangulaire et a trois étages, avec terrasse et patio autour duquel les chambres sont réparties.
Le perron, des arcs doubles triples sur deux colonnes, des arches présente une deuxième position avec de belles portes de fer qui mènent à un grand patio avec une fontaine en marbre dans le centre. Le patio est portiquée et deux étages, avec des arcs en plein cintre sur les quatre côtés avec cocardes lisses dans les tympans. Les arcs sont disposés sur des colonnes à chapiteaux de castagnettes dans le corps et sous chapiteau ionique au sommet qui a un colonnettes en marbre de seuil m. Parmi les salles qui l'entourent se distingue ce qui dans le passé a été appelé le Salle d'Accord. Dans l'un de ses côtés, il a des maisons l'escalier monumental à la partie supérieure du corps, avec des socles de tuiles.
La façade principale est divisée en trois étages séparés horizontalement par une corniche courante. Et à structure verticale par des pilastres ordres superposés qui divisent l'espace en deux, trois et quatre baies. La partie inférieure du corps avec de grandes pattes de fenêtres rectangulaires, le second corps de balcons surmontés de frontons triangulaires boules couronnées et le troisième corps d'ouvertures semi-circulaires corinthiens flanquée par des colonnes, après avoir effacé par un ensemble seuil balustres avec des billes et flameros. La couverture est située au centre de la façade principale et occupe les trois corps en hauteur. Le corps sous une partie d'un grand vain linteau flanqué par des paires de pilastres boîtée sur lequel est supporté un entablement, le rebord étant la base du balcon principal. La seconde partie du corps d'un vain linteau flanqué par des paires de pilastres ionique piédestal, et inscrit garniture vain bouclier. Le troisième corps d'une corniche et a un bouclier avec le double aigle Austrias, flanquée par des paires de pilastres supportant un entablement, surmonté d'un pignon triangulaire surmonté par des socles avec des billes et des touffes.
Couronne l'édifice avec une balustrade de toit sur lequel ont été ajoutés dans les dernières restaurations, avec dépendances d'un toit à deux versants.
La propriété abrite une riche collection de peintures, carreaux, frises décoratives plateresque et portes de bois sculptées.

Fuente: bdi del Patrimonio Inmueble de Andalucía (Junta de Andalucía)