Offre Promotionnelle

¡¡ Au cours de cet été

tout le contenu GRATUIT !!



La propriété est située au début de ce qui était jusque dans les années 1930 la "cava baja", et plus tard dans les rues Pagés del Corro et Clara de Jesús Montero. C'est donc la banlieue du quartier de Triana, zone autrefois consacrée à la poterie et aux "ateliers de boue"; L'Hôtel Triana a été construit sur un site dédié à ces activités.
Le bâtiment a été construit entre 1927 et 1929 afin d'être utilisé comme un hôtel lors de l'Exposition ibéro-américaine de cette dernière année. Son auteur était l'architecte Francisco Javier de Luque y López. Cependant, il a échoué à remplir cette fonction en se transformant rapidement en un corral de voisins sans maintenir les caractéristiques que ces corrals présentent comme constantes de leur typologie architecturale. L'Hôtel Triana répond à une sorte de bâtiment qui reflète les goûts du style régionaliste créé à Séville pendant les années où il se lève. Son importance réside plutôt dans la fonction qu'elle développe comme un élément de présence unique dans le paysage urbain au sein de son environnement, plutôt que comme un contenant de véritables valeurs architecturales ou artistiques qui pourraient ressortir comme une œuvre de référence du style susmentionné.
Le 12 juin 1981, le bâtiment a été détruit par la Cour territoriale de Séville. Compte tenu de la possibilité imminente de sa démolition, le conseil municipal envisage la possibilité de son achat qui entrera en vigueur en avril 1983, sauvant le bâtiment d'une décision irréparable qui le détruirait.
À l'heure actuelle et pendant l'été, des activités de théâtre sont effectuées, faisant les fonctions corral des comédies. Il participe également aux activités de la Biennale de Flamenco de Séville.
Le bâtiment appelé Hôtel Triana comprend actuellement un groupe de maisons situées à l'angle qui forment les rues Clara de Jesús Montero et Manuel Arellano, dans le quartier de Triana. Il maintient des façades à ces deux rues, avec trois étages de hauteur, dans lesquels apparaissent les fenêtres et les balcons des différentes maisons situées dans les baies extérieures du bâtiment. L'intérieur est une cour où le bâtiment conserve la même hauteur que l'extérieur, les galeries apparaissant sur deux fronts qui permettent un accès individuel à chacune des maisons situées dans cette partie interne, de sorte que chaque Ils montrent leur porte principale à ces couloirs à côté d'une fenêtre.
Le bâtiment a sa plante projetée en U, laissant la partie frontière de l'entrée principale libre de toute construction. L'intérieur de la propriété présente un intérêt du point de vue architectural. Il a été fortement modifié par le processus d'adaptation visant à obtenir de meilleures conditions pour le développement de la vie de ses habitants, ce qui peu d'intérêt cet ensemble de logements modernes comprenant entre ses murs porteurs. Seuls les corps des escaliers et les murs de soutènement internes du bâtiment ont été respectés du bâtiment original. Les façades et la cour sont également conservées en tant que parties correspondant au bâtiment d'origine, bien que quelque peu modifié.
L'importance de la propriété réside fondamentalement dans être considéré comme un élément qui façonne le paysage urbain de la zone dans laquelle il est situé, de sorte que le traitement de ses façades est l'un des aspects les plus intéressants qu'il présente.
La façade de la rue Clara de Jesús Montero est la façade principale du bâtiment. Il est conçu avec un concept horizontal clair, marqué par les corniches des différents étages qui sont interrompus dans la partie centrale en raison de l'existence d'une himafronte délimitée par deux pilastres en brique. Ce corps contient la porte principale au rez-de-chaussée, un balcon au premier étage et un ensemble de trois fenêtres dans le second couronné par une moulure qui recrée une triple arcade. Ceci, le toit parapet interrompt sa forme au repos par l'existence de la section de la brique de petites colonnettes qui est mis en évidence en plaçant deux coups de céramique sur les deux côtés plus grand que le restant debout le long de du parapet Son rez-de-chaussée a deux portes latérales sans signifier des éléments importants dans la configuration de celui-ci. C'est le seul accès qui relie l'espace interne du bâtiment à l'extérieur. Le patio communique avec la rue au moyen de ce grand couloir qui comprend deux ouvertures formées par des arcs réduits.
La façade de la rue Manuel Arellano est projetée indépendamment de la façade principale, ne conservant même pas la hauteur de ses différents étages par rapport à ceux de la précédente. Il comprend des fenêtres au rez-de-chaussée sur une plinthe de briques entre les deux portes que la maison présente sur cette façade, des balcons au premier étage et des fenêtres sur le second. Les sols sont séparés par des corniches simples et minces en forme de S.
La cour a un sol en forme de U légèrement irrégulier, étant construit par trois de ses flancs tandis que le reste ne conserve qu'un mur qui sert de médiateur pour les bâtiments. Les trois façades internes du bâtiment qui donnent sur cette cour unique du bâtiment, ont la même physionomie aux premier et deuxième étages. Ils sont organisés par des couloirs externes à travers lesquels les différents appartements sont accessibles, ils ont des balustrades en bois et des pieds en bois qui recueillent les chaussures qui recueillent les chaussures supérieures pointées par des renforts également en bois en forme de V.

Fuente: bdi del Patrimonio Inmueble de Andalucía (Junta de Andalucía).